De l'électricité à partir des déchets d'huile de palme en Thaïlande

  • klimaschutzprojekt-thailand-7140-7170-1.jpg

    The project has made the palm oil factory's wastewater plant less damaging to the climate.

  • klimaschutzprojekt-thailand-7140-7170-2.jpg

    The wastewater pond is covered with a membrane that captures the climate-damaging methane gas (biogas).

  • klimaschutzprojekt-thailand-7140-7170-3.jpg

    Methane under cover.

  • klimaschutzprojekt-thailand-7140-7170-4.jpg

    The methane gas is transferred to the gas cleaning system through the connecting pipes and is then burnt in the generator. This renewable electricity is used in the plant and fed into the grid.

  • klimaschutzprojekt-thailand-7140-7170-5.jpg

    Machine room of the biogas plant, company Univanich.

Dans le Sud de la Thaïlande, le méthane nuisible au climat est intercepté dans deux grandes installations d’eaux usées et le biogaz recueilli est utilisé pour l’approvisionnement en énergie dans l’installation ils-mêmes et alimente le réseau électrique local.

Le traitement industriel de l’huile de palme provoque une importante quantité d’eaux usées, dont le traitement conduit à son tour à d’importantes émissions de méthane – un gaz qui est environ vingt fois plus nuisible que le CO2. Dans les usines Lamthap et Topi, les eaux usées étaient traitées avant le début du projet par anaérobie, ce qui correspond à la pratique usuelle et la moins chère sur le secteur de l’huile de palme en Asie du Sud-Est. La décomposition par anaérobie de la substance organique des eaux usées entraîne des émissions de méthane nuisibles au climat, qui pouvaient jusqu’ici se propager dans l’atmosphère sans rencontrer d’obstacle.

Dans les cadres des projets, une installation CIGAR (Covered In-Ground Anaerobic Reactor) de l’entreprise de Nouvelle-Zélande Waste Solutions Ltd est mise en place, permettant d’une part une décomposition optimale par anaérobie de matière organique, et donc une apparition plus importante de méthane (biogaz), méthane qui peut d’autre part être recueilli avec une membrane et utilisé énergétiquement. Le biogaz est brûlé dans les générateurs électriques (chacun 952 kW). L’électricité renouvelable qui en résulte est utilisée pour la fourniture d’énergie dans l’installation elle-même et vendue à l’exploitant de réseau local Provincial Electricity Authority (PEA). L’électricité de la Thaïlande est produite principalement avec du gaz naturel. Au-delà de la réduction de méthane, la boue qui se forme dans les bassins peut être absorbée avec la nouvelle installation et employée comme engrais dans les champs. Sans oublier la création de emplois supplémentaires et l’existence d’un transfert de technologies.

La durabilité du projet est contrôlée par le Gold Standard. En plus du traitement des eaux usées, on analyse également les standards écologiques et sociaux et les procédures de l’entreprise en général. La société Univanich Palm Oil Public Co. Ltd, l’exploitante des projets, est membre depuis 2009 de la table ronde pour une huile de palme durable (RSPO - Roundtable for Sustainable Palm Oil) et s’engage de ce fait à contribuer à la production durable de l’huile de palme.

Tu es iciDe l'électricité à partir des déchets d'huile de palme en Thaïlande