Quel est l’avenir de la compensation volontaire de CO₂ et de la «neutralité climatique»?

Grâce aux décisions prises lors de la Conférence sur les changements climatiques – COP26 – à Glasgow, la mise en œuvre de l’Accord de Paris est plus claire. L’importance de la coopération internationale pour la protection du climat et la signification des mécanismes du marché et des contributions volontaires de l’économie et des particuliers ont non seulement été reconnues, mais également renforcées par des règles solides planifiées. myclimate poursuit l’introduction et la mise en œuvre de ces règles ainsi que la mise en place des structures nécessaires et contribue activement à leur conception dans le cadre de ses possibilités. Avec ses partenaires et sa clientèle, myclimate veut avoir un impact maximal sur la protection du climat, à l’échelle mondiale et locale.

Dans la suite, myclimate donne un aperçu des changements et des développements actuels. De plus, nous montrons ce qu’ils signifient aujourd’hui et demain pour nos partenaires de l’économie mais aussi pour les nombreux particuliers qui soutiennent myclimate.

L’Accord de Paris et les résultats de la COP26 à Glasgow

Les approches basées sur le marché pour les efforts internationaux visant à réduire les émissions de CO₂ sont définies à l’article 6 de l’Accord de Paris sur le climat. La conception concrète de cet article a fait l’objet de négociations difficiles ces dernières années. Ce n’est qu’à la COP26 à Glasgow en novembre 2021 que les États membres se sont entendus sur les règles concrètes pour mettre en œuvre cet élément important de l’Accord de Paris, six ans après son adoption. Il incombe désormais aux États, aux entreprises et à la société d’agir en suivant ces dispositions et avec les connaissances disponibles, toujours plus approfondies.

L’Accord de Paris définit que les États membres s’engagent à atteindre des objectifs contraignants de réduction des émissions de CO₂, une ambition en constante augmentation, et l’objectif zéro émissions nettes. Soulignons en outre l’importance des contributions des particuliers et des entreprises à la protection du climat au niveau international. C’est d’ailleurs pour cela que des rôles et des règles ont été définis à l’article 6 dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat.

L’ensemble des règles énoncées à l’article 6 (Règlement de Paris) vise à exclure, pour les entreprises et particuliers, un double comptage des réductions des émissions («double counting» ou «double claiming») non seulement entre les États (article 6.2), mais également en cas de projets sur le marché volontaire (article 6.4). Pour ce faire, les États membres de l’Accord de Paris ont désigné des autorités nationales respectives (Designated National Authorities – DNA) pour la mise en place et la gestion d’une comptabilité CO₂. Les réductions d’émissions obtenues grâce aux efforts volontaires des entreprises et des particuliers devraient être radiées de ce registre national et ne devraient donc pas pouvoir contribuer à la réalisation des objectifs du pays. Ces ajustements ou entrées correspondants dans les comptabilités CO₂ des États sont appelés «Corresponding Adjustments».

 

Projets myclimate et l’offre de compensation en vertu de ce nouvel ensemble de règles

Depuis la conférence sur le climat de Glasgow, myclimate s’efforce de proposer de telles réductions des émissions (RE) avec des «Corresponding Adjustments» de la manière la plus rapide et complète possible pour ses propres projets. À cette fin, nous sommes en contact étroit avec nos partenaires de projet sur place.  

À ce jour, en mai 2022, le travail desdites autorités (DNA) est cependant encore en cours d’élaboration. Il n’est donc pas possible de prévoir quand les RE avec des «Corresponding Adjustments» pourront réellement être établies. 

L’objectif le plus important pour myclimate consiste toujours à soutenir les projets actuels avec ses vastes contributions aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et de contribuer à leur croissance. Ces projets ne sont pas les seuls à réaliser des économies concrètes de CO₂ dans le monde entier et contribuent ainsi directement à la protection du climat. Ils protègent de manière vérifiable et mesurable les écosystèmes locaux et améliorent les conditions de vie des individus de diverses manières. Il faut continuer à fournir ces services pour le développement durable. D’autant plus qu’il est urgent d’agir (davantage) pour la protection du climat.

 

Impacts pour la clientèle entreprises de myclimate et les particuliers

Pour nos clientes et clients, rien ne change pour le moment. En travaillant avec nous, ils peuvent continuer à soutenir des projets ayant un impact prouvé sur le climat, certifiés par des normes de qualité externes et soumis à l’examen préalable strict de myclimate. Tant que les «Corresponding Adjustments» ne seront pas disponibles, la promesse climatique de myclimate ne changera pas. En outre, nous proposons la compensation des émissions de gaz à effet de serre et, si le calcul a été effectué et audité par un organisme externe, également le label «myclimate neutral».  

Dès qu’il sera prévisible qu’il y aura une offre croissante de réductions des émissions avec des «Corresponding Adjustments», nous contacterons nos clientes et clients existants. Après une période transitoire et si l’offre est disponible, la compensation des émissions par des «Corresponding Adjustments» sera requise pour le label «climatiquement neutre».  

En outre, notre objectif reste de parvenir à une protection du climat aussi efficace que possible. 

 

Compensation, mécanismes du marché et protection du climat

La protection volontaire du climat sous forme de compensations de CO₂ et de soutien de projets de réduction ont permis une protection du climat plus concrète que jamais en 2020.* L’actuel rapport sur l’écart d’émissions (Emissions Gap Report) du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) le confirme également clairement. Ces contributions volontaires sont plus que jamais nécessaires compte tenu de l’évolution jusqu’à présent. En effet, même si toutes les promesses au niveau national et international étaient tenues, le temps et le budget disponibles pour le climat seraient toujours bien en deçà de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs globaux de l’Accord de Paris. 

L’efficacité et la crédibilité de ces efforts de protection du climat sont données dès lors que chaque acteur du marché ne ménage aucun effort au sein de sa propre entreprise et, le cas échéant au sein de sa propre chaîne d’approvisionnement, pour réduire et éviter les émissions chaque fois qu’elles doivent être réduites et évitées.   

Il est évident que seuls des mécanismes du marché permettront d’atteindre à un coût gérable les objectifs de réduction des émissions qui sont si urgents. Les marchés du carbone peuvent contribuer à la protection du climat et à la réalisation d’objectifs climatiques ambitieux – POUR AUTANT qu’il existe des règles claires et transparentes! 

*Voir le rapport «State of the Voluntary Carbon Markets 2020» 

Avec le calculateur myclimate CO₂, vous pouvez calculer et compenser vos émissions de CO₂.

Compensez maintenant

Partager

Restez informés!