Une culture agroforestière du cacao respectueuse du climat en Côte d’Ivoire

Type de projet: Aménagement du sol et forêt

Site du projet: Ivory Coast, Soubré Region

Statut de projet: In planning, exclusive

La réduction CO₂ annuelle: 17’836 t CO2 (on average per year, for 10 years)

Grâce à ce projet de protection climatique my-M de long terme , la production de cacao est rendue plus durable et le revenu des producteurs de cacao est amélioré en même temps. Concrètement, la résilience des systèmes de culture aux changements climatiques et aux maladies est renforcée par le fait que les agriculteurs sont payés pour planter dans leurs plantations de cacao des arbres d’ombrage qui stockent le carbone.

Depuis 2012, Chocolat Frey s’approvisionne en cacao auprès de 516 petits exploitants agricoles de la coopérative cacaoyère Necaayo en Côte d’Ivoire. Le changement climatique, les sols pauvres en nutriments, les prix bas du cacao, un virus (le Cacao Swollen Shoot Virus) et l’interdiction nationale de cultiver de nouvelles plantes de cacao mettent en péril les plantations et, ce faisant, l’existence des familles qui les cultivent. Les revenus, trop bas pour toutes ces raisons, obligent les familles à créer de nouvelles plantations et rend ainsi l'industrie du cacao, en croissance constante, en partie responsable du déboisement de la Côte d'Ivoire.

Augmentation des revenus et protection des forêts et du climat grâce à des méthodes de culture durables

En plantant de nouveaux arbres d’ombrage, le projet tente de remédier à cette problématique. En augmentant la densité des arbres pour atteindre 25 à 50 arbres par hectare, 2500 hectares de plantations de cacao existantes seront reboisés avec différentes variétés indigènes de bois, de légumineuses et de fruits. En parallèle, les 516 petits exploitants agricoles sont formés à l’utilisation des terres et à la gestion des forêts. Cela permet de garantir sur le long terme les rendements des plantations de cacao et de créer des sources de revenus supplémentaires grâce à la vente des produits agroforestiers issus des arbres plantés (par exemple l’avocat). 

 

Je participe à ce projet pour ne pas dépendre exclusivement du cacao.

Soumaila Kobenanan, cultivateur de cacao à Allakro, Côte d’Ivoire

 

En outre, une plus grande biodiversité augmente la résistance des plantes aux changements climatiques et aux maladies, et améliore la qualité des sols. Grâce à la réduction des besoins en engrais et aux revenus tirés de la capture du CO2 par les arbres, le revenu mensuel des agriculteurs augmente, et ces derniers ne dépendent plus de la déforestation de zones forestières supplémentaires.

Mise en œuvre sur le terrain et utilisation des fonds du financement climatique

Le projet est mis en œuvre localement par la coopérative de cacao Necaayo avec le soutien de l’organisation à but non lucratif Taking Root. L’argent généré par la vente des certificats CO2 est versé aux producteurs de cacao pour ce service climatique et sert également à couvrir les frais de personnel et le renforcement des capacités de la coopérative de cacao Necaayo.

Ce projet contribue à la réalisation de 5 ODD:

Adaptation de 2500 ha aux risques liés au changement climatique.

Productivité économique plus élevée grâce à la diversification de la production.

Gestion durable et utilisation efficace des ressources naturelles.

Formation de la coopérative et de ses membres à la protection du climat adaptation à la protection du climat.

Restauration et reboisement des plantations de cacao dégradées.

Situation sans projet

Unreliable cocoa production due to climate change and low prices

Standard de projet

Numéro de projet

7930-019

Restez informés!