1'458 tonnes de CO2 économisées lors du premier Secondhand Day suisse

La plateforme en ligne Ricardo, en collaboration avec myclimate, Circular Economy Switzerland et 20 minutes, a donné vie à cette initiative qui a pour but d’inciter les consommateurs à adopter un comportement plus durable et plus responsable. En tout, 56'300 produits de seconde main ont été vendus. Par rapport à des nouveaux achats, cela a permis d’économiser 1'458 tonnes de CO2. Pour calculer ces économies, myclimate avait déjà élaboré un modèle de calcul scientifique détaillé en amont.

Des centaines de boutiques de seconde main, de bourses d’échanges et de particuliers ont participé activement aux actions de vente innovantes du Secondhand Day. Le nombre d’émissions économisées (1’458t) lors de cette journée d’action organisée le 26 septembre 2020 montre de manière impressionnante l’impact potentiel de la consommation de seconde main sur la protection du climat. La nette prolongation de la durée de vie des produits et la diminution du nombre d’achats de produits neufs peuvent contribuer largement à réaliser les objectifs climatiques.

A l’heure actuelle en Suisse, seuls deux pour cent des biens de consommation achetés sont des produits de seconde main. Prolonger la durée de vie des produits en leur donnant une deuxième vie peut réduire les émissions de CO2 de manière significative et contribuer à atteindre les objectifs climatiques. C’est pourquoi le Secondhand Day a été initié avec le soutien de myclimate au titre de partenaire.

 

Méthode de calcul

Pour calculer les économies d’émissions, myclimate a tenu compte de la fabrication, de l’emballage et du transport des nouveaux produits.
 Elle a donc établi une distinction entre les lieux de fabrication des produits ou composants, en Asie (Chine/Inde) ou en Europe. Elle a également inclus dans son calcul les émissions générées par l’exploitation de la plateforme Ricardo et par le transport des articles d’occasion. Néanmoins, celles-ci restent bien inférieures à dix pour cent, contrairement aux émissions générées par la fabrication, l’emballage et le transport de nouvelles marchandises. Cette méthode de calcul repose sur les émissions minimales présupposées d’un produit. Cela permet de tenir compte des différentes caractéristiques d’un article (matériaux, fabrication, origine, etc.). Dans certaines catégories, elle part de valeurs approximatives, qui peuvent différer dans certains cas de la valeur d’émissions réelle d’un produit. Néanmoins, sur une période d’un an et tous produits vendus confondus,  ces écarts sont relativisés pour la plupart.

A propos du Secondhand Day
Cette initiative a été lancée par «Ricardo», «myclimate», «Circular Economy Schweiz» et «20 minutes». Chaque année, les Suisses produisent en moyenne 14 tonnes de CO2, dont une part significative est générée par la consommation personnelle. Néanmoins, l’empreinte carbone personnelle  est davantage déterminée par la production, le transport et l’élimination de ces biens que par leur utilisation. Nos habitudes de consommation recèlent d’importants potentiels d’économies et de changements. Le Secondhand Day vise à ouvrir un dialogue national sur ce sujet et à inciter la population à mieux gérer l’environnement. Cette initiative appelle non pas à renoncer, mais à adopter des habitudes de consommation plus responsables en prolongeant la durée d’utilisation moyenne des produits. Vous pouvez trouver plus d'informations ici.

 

 

Stay informed!