Transformation des déchets en biogaz au Vietnam

Type de projet: Biogaz

Site du projet: Vietnam

Statut de projet: Terminé, certificats disponibles

La réduction CO₂ annuelle: 430 000 t

Ce projet de compensation carbone aide efficacement à lutter contre le changement climatique tout en offrant aux communautés rurales du Vietnam l’accès à une énergie renouvelable grâce à la construction de centrales de biogaz. Pour les agriculteurs vietnamiens, utiliser des déchets afin de générer de l’énergie renouvelable durable permet d’économiser de précieux revenus tout en améliorant la santé de leur famille et leur environnement.

Pour la population rurale du Vietnam, il est de plus en plus difficile d’accéder à l’énergie nécessaire pour cuisiner et vivre. Les combustibles traditionnels pour la cuisine se font de plus en plus rares et les combustibles commerciaux sont chers. De plus, le ramassage ou l’achat de bois pour le feu épuise les ressources naturelles et nuit à l’environnement. Le revenu dépensé pour le bois et le temps consacré par les femmes et les enfants pour le ramasser pourraient être consacrés à d’autres activités, telles que la génération d’un autre revenu, l’école et les loisirs. En outre, le bois étant souvent brûlé en intérieur, il en résulte des problèmes respiratoires et ophtalmologiques. Par ailleurs, l’élevage animal apporte son lot de problèmes sanitaires et de pollution environnementale dans les foyers ruraux.

Mode de fonctionnement du biogaz

Le biogaz remplace les feux de cuisine pleins de fumées. Les déchets humains et l’engrais animal sont collectés dans un réservoir. En se décomposant, ces déchets libèrent du méthane qui est conduit vers les habitations et sert de combustible. Les déchets restants génèrent un produit dérivé utilisé comme engrais organique par les agriculteurs. Le biogaz élimine les émissions de carbone générées par le bois à brûler, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) et les résidus agricoles utilisés avant la création de ces usines de biogaz. De plus, ces dernières préviennent les émissions de méthane issues du purin de porc, qui était autrefois déposé dans des fosses à côté des habitations et pourrissait en anaérobie en émettant du méthane.

Davantage qu’une simple réduction des émissions de CO₂

Utiliser du biogaz à la place du bois et du GPL permet non seulement de préserver la forêt vietnamienne, mais aussi de soulager un peu la faune et la flore. Parmi les autres avantages, nous pouvons citer les économies sur les achats de combustible et le gain de temps (plus de ramassage de bois pour cuisiner). Ce programme crée des emplois dans le domaine de la formation de maçons locaux à la construction et à la maintenance des digesteurs à biogaz. Le biolisier, sous-produit de l’usine de biogaz, est souvent utilisé par les ménages comme nutriments pour leurs étangs à poissons, comme engrais organique pour les rizières et les champs de blé, ou encore pour les plantations de caféiers et d’arbres fruitiers. D’après une enquête réalisée auprès d’utilisateurs de biogaz, le rendement des récoltes a augmenté de 5 à 20%.

C’était très dur quand je devais passer des heures par jour à gravir les collines et les montagnes pour ramasser du bois. Maintenant, il me suffit de rentrer chez moi, d’allumer ma cuisinière au biogaz et de cuisiner. Avant, nous souffrions énormément des moustiques, ainsi que des odeurs et des plaintes de nos voisins. Aujourd’hui, quand je nettoie la porcherie, le lisier va directement dans le digesteur à biogaz et j’utilise le purin comme engrais pour mes terres.

Une utilisatrice de biogaz, dans la province de Thái Nguyên, au Vietnam

Prix et mise en œuvre

Ce programme a remporté les prestigieux «Energy Globe Award», «Ashden Award» et «Humanitarian Award» du World Energy Forum et est sur le point de réaliser son objectif de 200’000 digesteurs individuels produits pour les agriculteurs locaux d’ici 2020. Il est mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural du Vietnam (MARD), en collaboration avec son partenaire SNV Netherlands Development Organization.
La finance du carbone est utilisée afin de rendre la construction d’usines de biogaz plus abordable pour les familles de chasseurs-cueilleurs, qui représentent 70% des coûts totaux du projet. Elle est également utilisée pour contribuer à la mise en place de ces usines dans des districts classés «pauvres» et pour développer des capacités pour les parties prenantes, les activités de R&D et la gestion de la qualité.

 

Ce projet contribue à 11 ODD :

Plus de 850 000 personnes réalisent des économies sur le bois et bénéficient d’une augmentation des rendements. Réduction des combustibles fossiles de 60%.

Plus de 60% des foyers utilisent le biolisier comme engrais organique en substitut des engrais chimiques.

Plus de 850 000 personnes bénéficient d’une meilleure qualité de l’air dans les maisons, ce qui diminue les problèmes respiratoires et ophtalmologiques.

2 757 personnes sur place formées comme techniciens de biodigesteurs de district, maçons et superviseurs depuis le lancement du programme.

1 à 1,5 heure/jour de temps en moins consacré au ramassage du bois, à la cuisine et aux tâches ménagères pour les femmes et les enfants.

Plus de 166 millions de kWh d’énergie renouvelable ont été produits en 2019.

Plus de 2 700 emplois ont été créés (p. ex. maçons, électriciens, etc.).

2 tonnes de bois de cuisine remplacées par an et par biodigesteur installé. Un système de gestion de la qualité garantit l’efficacité et la durabilité de l’usine.

Plus de 3 millions de tonnes d’émissions de CO₂ ont déjà été évitées depuis le lancement du programme.

15 935 hectares de forêt préservés depuis le lancement du programme (soit l’équivalent de 25 000 terrains de football). 

Ce programme promeut le développement, le transfert, la propagation et la diffusion de technologies saines pour l’environnement au Vietnam: plus de 171 000 biodigesteurs ont été installés au total.

Situation sans projet

Utilisation de foyers à bois et à kérosène pour la cuisine

Standard de projet

Prix

Prix

Numéro de projet

7229

Prix

Restez informés!