À quelles normes répondent les projets de protection climatique de myclimate?

Lors de la sélection et de la conception de ses projets de protection climatique, myclimate applique uniquement les standards de qualité indépendants les plus stricts, comme MDP, Gold Standard et Plan Vivo.

Cela signifie que les projets répondent aux critères suivants: 

  • Additionnalité/complémentarité: sans financement par les certificats de CO₂, le projet ne pourrait pas être réalisé.
  • Durabilité: une durée minimale doit être garantie.
  • Exclusion du double paiement: afin de pouvoir directement mesurer l’effet de protection climatique, il est indispensable de tenir une comptabilité exacte des émissions de gaz à effet de serre économisées et des certificats arrêtés. 
  • Validation par un tiers: les projets doivent être certifiés par une instance tierce.

Les projets réduisent les émissions de CO₂ en remplaçant les sources d’énergies fossiles par des énergies renouvelables ou en favorisant des technologies énergétiquement efficaces. Outre cette compensation de CO₂, les projets durables apportent également des avantages sociaux à la population locale. Ils permettent par exemple de créer des postes de travail, d’améliorer les infrastructures ou de réduire les risques sanitaires. 

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets de protection climatique, myclimate travaille en étroite collaboration avec des partenaires expérimentés et indépendants dans les différents pays. Ces partenaires locaux veillent à ce que les projets soient mis en œuvre sur place de manière professionnelle et vérifient régulièrement leurs effets. Les projets de protection climatique sont par ailleurs contrôlés une fois par an par une autre instance externe indépendante.

Gold Standard
Le Gold Standard est une norme de qualité indépendante qui récompense les projets de compensation des émissions de CO₂ de qualité. Il a été créé en 2003 par WWF et d’autres organisations environnementales et garantit que les projets répondent aux exigences de qualité les plus strictes dans le cadre du mécanisme de développement propre (MDP) et de la compensation volontaire. Les projets récompensés par le Gold Standard ne se limitent pas à réduire les émissions de CO₂, mais apportent également une contribution importante au développement durable dans la région du projet. 

Plan Vivo
Créé en 1996, le label Plan Vivo est la plus ancienne norme de certification des projets de protection climatique dans le secteur de l’utilisation des sols. Pour l’obtenir, les projets de reforestation et d’exploitation forestière doivent répondre à des exigences élevées. D’une part, les projets doivent être ancrés et organisés localement et les familles de petits agriculteurs doivent recevoir au moins 60% de l’argent destiné à la protection du climat. D’autre part, les projets doivent poursuivre une approche holistique et promouvoir la reforestation, mais également lutter contre le déboisement et la pauvreté. Avec ces critères de qualité, Plan Vivo figure parmi les normes les plus fiables et influentes au monde. 

CER / VER
Les projets CER et VER sont contrôlés par une instance reconnue par les Nations Unies et par d’autres instances indépendantes. Ces crédits carbone ont été créés dans le cadre du mécanisme pour un développement propre et constituent l’un des trois mécanismes flexibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre prévus par le protocole de Kyoto. L’objectif est de soutenir les pays en voie de développement dans leur développement durable et la protection du climat. Le mécanisme aide ainsi à réduire les émissions dans les secteurs où les coûts sont les plus bas. La contrainte économique relative aux objectifs de Kyoto est alors moins importante. L’idée de base est la suivante: l’endroit où les émissions sont réduites passe au second plan. Ce qui importe à l’échelle mondiale, c’est de les réduire. De cette manière, les pays industrialisés sont encouragés à remplir leurs objectifs concrets de réduction et de limitation des émissions du protocole de Kyoto. Les mesures de réduction des émissions introduites dans le cadre de ce mécanisme génèrent des certificats de réduction d’émissions (CER, Certified Emission Reduction en anglais). Les pays industrialisés peuvent alors les comptabiliser dans leurs objectifs de réduction. Un CER atteste d’une réduction des émissions équivalant à une tonne de CO₂. Au contraire, les réductions volontaires d’émissions (VER, Voluntary Emission Reduction en anglais) s’échangent sur une base volontaire. Les entreprises peuvent également s’engager dans ces projets, mais ils ne seront pas pris en compte dans les objectifs du protocole de Kyoto.

Avec le calculateur myclimate CO₂, vous pouvez calculer et compenser vos émissions de CO₂.

Compensez maintenant

Stay informed!